créée le 15 décembre 2000 et mise à jour le 21 août 2004

marque

CADILLAC

modèle

SERIES 60 SPECIAL

finitions

Fleetwood Limousine

année

1 9 5 9

quantité / prix

12 250 exemplaires / $6233

carrosserie

berline 4 portes sans montant 6 places

moteur/boite

V8 de 6L4 - 325cv - boîte Hydra-Matic 4V

CE VEHICULE
  • extérieur noir. Intérieur cuir blanc et tissu noir brodé de fils d'argent
  • longueur 572 cm, largeur 206 cm, hauteur 143 cm, poids à vide 2310 kg, total 3000 kg charge utile 690 kg
  • prix de l'époque $6.233 et 12 250 exemplaires au total
  • Ce véhicule à été assemblé avec la finition de GM Suisse à Bienne. Donc il n'a jamais roulé aux Etats Unis.
    En 1959 la voiture sortant de la GM Suisse à été livrée à un garagiste de Genève qui avait une commande d'un fabricant de montres, et qui se servait de cette voiture de prestige pour aller chercher des visiteurs japonais de son usine, à l'aéroport de Genève.
  • En 1971 elles est vendue à un industriel à Bellinzona, dans le canton du Tessin, qui lui aussi se sert uniquement de ce véhicule comme voiture de représentation.
  • En 1986 le propriétaire décède et son épouse garde la voiture jusqu'en début 1987 dans le garage sans s'en servir, ne pouvant pas rouler avec cette énorme machine. Par entremise du Cadillac Club of Switzerland, dont je faisais partie en tant que membre fondateur et membre du bureau ( secrétaire ) j'ai apris que ce véhicule était à vendre. Je suis donc allé visiter la voiture et je l'ai achetée en parfait état et avec seulement env. 145'000 km au compteur. Aujourd'hui encore, evidemment avec un entretien adéquat, ce véhicule est en état d'origine, donc il n'a subi aucune restauration.

CARACTERISTIQUES
  • Elle comporte sur les flancs deux moulures horizontales parallèles qui se terminent en pointe au niveau du parechocs arrière. Entre ces moulures un panneau rapporté, muni à l'avant d'une fausse prise d'air, court depuis la portière arrière jusqu'au point de convergence des deux moulures. Cette berline luxeuse et finition particulièrement soignée porte le nom de son carrossier ( FLEETWOOD ) en caractères massifs et chromés, sur le bord extérieur du coffre et derrière les ouvertures des roues avant. Ce modèle, et uniquement ce modèle et les Eldorado Brougham, est muni d'enjoliveurs spéciaux qui imitent à la perfection les roues à ailettes ( dites « turbine wheels » voir la toute dernière photo en bas de page ).
    Elle se distingue aussi de ses contemporaines par une calandre arrière composée de trois rangées de « minis obus » et par un large « V » chromé incorporé dans les embouts du parechocs arrière, dans lesquels sont logés les catadioptres et les feux de recul.
    On reconnaîtra aussi la « Sixty Special » par l'absence de l'emblème et du « V » chromé sur le coffre arrière.

PRINCIPALES REFECTIONS
  • Accident en 1997 à Tours. Un Belge m'a défoncé la porte avant droite dans un giratoire. Résultat. Une Citroën CX à la casse et une porte de Cadillac 1959. Ne trouvant plus de pièces de carrosserie en Europe, mon garagiste n'à déniché une porte au Texas. La porte était entière, mais la vitre était opaque et les chromes pas très jolies. Prix de cette « vielle » porte : $ 2800.-- , transport par avion $ 850.--, dédouanement $ 100.--, si bien que à la fin le total de la facture était de FF 50'000.-- et c'est l'assurance du Belge qui à payé tout ça. Alors avis aux amateurs &endash; attention &endash; les pièces de carrosserie ne sont pas données.
 

PROPRIETAIRE
Ma première voiture américaine était une Mustang 289 Fastback, dans les années 1972, mais à l'époque de la crise de la benzine je n'avais pas encore de relation intense avec les ricaines.
Donc après deux ans d'emploi très sollicité je l'ai revendu. C'est en 1985 que ma vrai passion pour les ricaines à commencé avec l'achat d'une FLEETWOOD Brougham de 1968. Entre temps, c'est à dire de 1974 à 1985 j'ai usé divers modèles européens, entre autres 4 R16, 2 Ford Escort 1600 et une Opel Coupé 1900. En 1987 achat de la Cadillac 1959, en 1993 une Chevrolet Malibu Classic modèle 1978, en 1994 une Chevrolet Blazer 4X4 Typ Blazer modèle 1978 et en 1985 une Chevrolet Malibu Classic Breack modèle 1979. Depuis le temps que je roule en V8 je ne peux plus m'en passer, car il n'y à pas plus beau que le ronronnement du bon vieux V8.

CONTACT : Charles email c.rosselet@infonie.fr

LE CARROSSIER FLEETWOOD
  • H. Urich fonde son entreprise de carrosserie en 1912 à... Fleetwood (Pennsylvanie). Sa production tourne autour essentiellement de modèles de luxe: Duesemberg, Lincoln, Rolls Royce mais aussi Packard et Chrysler, ses meilleurs clients. C'est ce qui incite le carrossier Fisher à racheter Fleetwood en 1925; d'autant que derrière Fisher, on trouve la General Motors comme actionnaire principal. L'entreprise continue encore quelques temps à travailler pour ses gros clients bien qu'en 1926, la G.M. "avale" l'ensemble Fisher-Fleetwood. En 1929, la division Fleetwood de la G.M. travaille et ne travaillera plus qu'exclusivement pour les La Salle et les Cadillac

PRODUCTION 1959
  •  L'année 1959 comprend les SERIES 6200, 6300 (ainsi que les SOUS-SERIES 6400/6900) et les 6700 pour un total de 142272 véhicules
  • - SERIES 6200 existe en 4 déclinaisons soit un total de 70 736 exemplaires
    • la sedan 4portes 6places 6glaces ($5080 à 23461ex + 60ex Export pour CKD);
    • la sedan 4portes 6places 4glaces (14138ex à $5080 toujours);
    • la HT Coupe 2portes 6places (21947ex à $4892);
    • la convertible 6places (11130ex à $5455)
  • - SERIES 6300 (la DEVILLE) existe en 3 déclinaisons: soit un total de 53390 exemplaires
    • la sedan 4portes 6places 6glaces (19158ex $5498);
    • la sedan 4portes 6places 4glaces (12308ex à $5498 toujours);
    • la HT Coupe 2portes 6places (21924ex à $5252).
  • - SERIES 6400/6900 ELDORADO/BROUGHAM en trois déclinaisons: Soit un total de 14644 exemplaires
    • la SEVILLE HT 2portes 6places (975ex à $7401)
    • la BIARRITZ convertible 6places (1320ex à $7401 toujours)
    • la BROUGHAM HT 4portes 6places (99ex à $13075)
    • les 60 FLEETWOOD existaient en sedan HT 4portes 6 places (12250ex à $6233).
  • - SERIES 6700 les 75 FLEETWOOD existaient en 3 déclinaisons soit un total de 3502 exemplaires
    • la sedan 4portes 9places (710ex à $9533)
    • la sedan Imperial 4portes 9places (690ex à $9748)
    • et 2102 chassis commerciaux divers à divers prix
  • le moteur est selon les series
    • 6200/6300
    • V8 de 390cid développant 325cv à 4800t/mn avec une compression de 10,5:1 et un carburateur quadruple corps corps
    • 6400/6700/6900
    • le même avec 20cv de plus fourni par 3 carburateurs Rochester double corps au lieu du quadruple corps Carter

PHOTOS de la CADILLAC 60 SPECIAL FLEETWOOD LIMOUSINE 1959

 

 

C A D I L L A C (cliquez sur votre choix)
<
1945
1946
1955
1956
1959
1960
1969
1970
1980
>
1980

ou


des sites de http://www.mainguet.com


des sites de
http://www.mainguet.com
ENCORE UN PEU D'HISTORIQUE
SUR LA CADILLAC DE 1959 ©
par Charles Rosselet

Comme chaque année, à l'époque, Cadillac propose une gamme complète de modèles. Vous ne serez donc pas surpris d'apprendre ( si vous ne le saviez pas encore ), qu'en 1959, le catalogue proposait 13 modèles différents aux heureux acheteurs. Il y en eût pas moins de 142'272 cette année là dans le monde entier. Parmi cette « chiée » de Cadillac, on compte trois coupés 2 portes à 5-6 places, six berlines 4 portes à 5-6 places, deux limousines 4 portes à 8-9 places et deux cabriolets 2 portes à 5-6 places. Nous allons examiner ceux-ci en détail, mais auparavant, regardons de plus près la codification utilisée par la firme ( depuis la fin des années 1920 déjà ), pour différencier entre chaque type de carrosserie.

Cette codification numérique est composé de deux parties distincts : il y a deux chiffres pour distinguer la « série » et deux chiffres encore pour distinguer le type de la carrosserie de l'habitacle.
En 1959, nous avons donc sept soi-disant « séries », pour treize « carrosseries ». Elles sont les suivantes :

LES SERIES

  1. Séries : « 60 Special » Carrosserie FLEETWOOD, intérieurs en cuir (Berline « De Luxe » ) ou en mélange de cuir et tissus, finition particulièrement soignée.
  2. Séries : « 62 » Carrosserie FISHER avec intérieur en mélange (série « Standard » ) de skai et tissus, finition simple, pour ne pas dire bon marché, ( exception : le cabriolet )
  3. Séries : « 63 » Carrosserie FISHER avec intérieur en mélange (série « De Ville » ) de cuir et tissus, finition soignée.
  4. Séries : « 64 » Carrosserie FISHER avec intérieur en mélange (série « Eldorado » ) de cuir et tissus, finition très soignée.
  5. Séries : « 67 » Carrosserie FLEETWOOD, limousine d'apparat (ou « Seventy-Five » ) aux finitions particulièrement soignées, intérieur en drap de laine ou nylon, compartiment chauffeur en cuir ( pour la limousine avec séparation ) Séries : « 68 » Chassis uniquement, destinées à être vendus à (chassis Commercial) des carrossiers indépendants pour équiper des ambulances et des corbillards.
  6. Séries : « 69 » Dessin FLEETWOOD, mais voitures montées (ou « Eldorado Brougham » ) par Pininfarina en Italie, le sommet de la gamme en 1959 et la voiture la plus chère ($ 13'075.-)

LES CARROSSERIES

La codification des carrosseries est la suivante :

  1. « 23 » berline 4 portes, 8-9 places, sans glace de séparation pour le chauffeur.
  2. « 29 » berline 4 portes, 5-6 places.
  3. « 33 » limousine 4 portes, 8-9 places, avec glace de séparation pour le chauffeur.
  4. « 37 » coupé 2 portes, 5-6 places.
  5. « 39 » berline 4 portes, 5-6 places à pavillon plat et lunette arrière panoramique.
  6. « 67 » cabriolet 2 portes, 5-6 places.

LES CARACTERISTIQUES DE CHACUNE

Certaines caractéristiques dans chaque « série » de carrosseries CADILLAC en 1959 , permettent de les distinguer les unes des autres. En voici l'essentiel :

  • Séries « 60 Special » Voir caractéristiques du véhicule du propriétaire ci dessus.
  • Séries « 62 » A l'exception du cabriolet, les modèles de cette série étaient et restent les moins chers de la gamme. Les intérieurs sont réalisés en un mélange de skai et de tissus. Ils comportent une moulure latérale unique en forme de javelot (acérée à son point de départ, près de l'ouverture des roues avant et émoussée à l'arrière). Ils se distinguent par le médaillon allongé placé sous la moulure latérale au niveau de l'aile avant. Dans la série « 62 », le magnifique cabriolet se distingue de ses consoeurs par un intérieur en cuir véritable.
  • Séries « 63 » Ces modèles bénéficient d'une finition plus luxueuse que ceux de la série « 62 ». En effet, les intérieurs sont réalisés en un mélange de cuir et de tissus. On retrouve dans cette série les mêmes modèles que dans la série « 62 », à l'exception d'un cabriolet. Ils sont équipés, en série, de glaces et d'une banquette avant à réglage électromécanique. On les reconnaît en outre à l'absence du petit médaillon sur les ailes avant et par les mots « Sedan de Ville » ou « Coupe de Ville », placés au-dessus de la moulure latérale, près du parechoc arrière.
  • Séries « 64 » Ce sont les fameuses « Eldorado » dont la première fit son apparition en janvier 1952, au Salon de l'Automobile à New York. La production en série ne devait débuter que l'année suivante et devait se limiter à 532 exemplaires seulement. Cabriolet dans sa prime jeunesse, on lui adjoindra dès 1956, un « petit frère » ( sous la forme d'un coupé 2 portes ) et un second prénom « Biarritz » pour les distinguer du coupé « Séville ».On reconnaît ces « beaux monstres » à une large moulure latérale, arrondie, en acier inoxydable ( ce n'est pas du simple acier chromé ), allant du déflecteur jusqu'au parechocs arrière, puis en revenant jusqu'à l'ouverture de la roue avant, en suivant le bas de caisse. Ces modèles bénéficient de la calandre arrière ( trois rangées de minis-obus ), ainsi que des enjoliveurs de la « 60 Special » et des « V » chromés incorporées dans les extrémités du parechocs arrière. A la place du mot ( FLEETWOOD ) en gros caractères massifs sur le bord du coffre arrière et à côté des ouvertures des roues avant, on retrouve le mot ( ELDORADO ). Une petite plaquette striée , ovale, comportant en majuscules le nom ( BIARRITZ ) ou ( SEVILLE ), est rapporté sur la moulure latérale au niveau du déflecteur et distingue entre le cabriolet et le coupé. Tout comme la « 60 Special », les Eldorado ne comportent pas de « V », ni de médaillon CADILLAC sur le coffre arrière.
  • Séries « 67 » On remarque un changement au niveau de la désignation des deux limousines 8-9 places, mieux connues sous l'appellation « 75 » ou « Seventy-Five ». Bien que la documentation technique pour 1959 utilise la nouvelle désignation « 67 » pour ces modèles, toute la documentation publicitaire continue, comme par le passé, de parler de la série « 75 ». Impossible de ne pas reconnaître ces deux modèles ou de les distinguer d'une 2 CV.
  • Les « Seventy-Five » sont montées sur chassis allongé : ( 380.5 cm d'empattement au lieu de 330.2 cm ) et se distinguent par trois glaces latérales et un pavillon surélevé dont on remarquera, ä l'arrière, un pli dans le métal qui fait songer à une armature de capote de cabriolet. Ces modèles bénéficient, eux aussi, des embouts de parechocs arrière avec un « V » chromé incorporé, ainsi que des caractères « FLEETWOOD » ( sur le coffre seulement ). Cependant ils ne peuvent s'enorgueillir des enjoliveurs « 60 Special » ou « Eldorado ». On saura distinguer, sur ces deux imposantes limousines, l'absence du blason de la marque, ainsi que le « V » chromé sur la malle de la voiture.
  • Séries « 68 » Il ne s'agit en fait que du chassis allongé, dit chassis : « Commercial », à empattement de 396.2 cm. La plupart des carrosseries réalisées sur ce chassis seront des ambulances, des corbillards et des « flower-cars », sorte de pick-up utilisé dans les cortèges funéraires aux Etats-Unis, pour transporter les gerbes et les couronnes de fleurs. Il y eut aussi cette année là, au moins huit breaks d'observation à 12 places, avec pavillon largement vitré, au nom français de « Caravelle », réalisés par carrossier américain indépendant, pour un Hôtel dans le Colorado.
  • Séries « 69 » Difficile de parler de « série » lorsqu'il s'agit d'un modèle unique : La Berline «Eldorado Brougham». Cette carrosserie n'a rien de commun avec les autre modèles de la gamme 1959, quoique le chassis et certains des éléments de carrosserie interne soient identiques. C'est un dessin unique, destiné à perpétrer l'œuvre des grands carrossiers des années trente et quarante. Ce modèle est facile à reconnaître car il ressemble déjà étrangement aux modèles de 1960 ( absence à l'arrière, des deux feux rouges incorporés aux ailerons ). La lunette avant est aussi très spéciale, car elle est bombée de par tous les sens, surtout au bas de la lunette qui revient sur le tableau de bord dans un angle arrondie de environ 120°. Une connaissance de moi, qui possède l'un des 99 exemplaires fabriqués en 1959, n'ose s'en servir de crainte de voir casser le parebrise de façon accidentelle. Il est irremplaçable !!

Copy Right by : Charles Rosselet
Imp. Des Genevriers
30000 NÎMES
Je me tiens à votre disposition pour toutes questions :
c.rosselet@infonie.fr

   

  

C A D I L L A C (cliquez sur votre choix)
<
1945
1946
1955
1956
1959
1960
1969
1970
1980
>
1980

ou


des sites de http://www.mainguet.com