creee le 25 novembre 2013 et derniere mise a jour le 25 novembre 2013

marque

DUESENBERG

modèle

model J

finitions

Convertible Coupe (Rumble Seat)
proposé de 1929 à 1932 par Murphy

année

1 9 2 9

quté/prix

480 model J toutes périodes
Châssis $8500 en 1929

carrosserie

cabriolet 2 portes 2 places
+2 en "belle-mère"

moteur/boite

Lycoming 8 cylindres de 420cid - 265cv

<<RETROMOBILE>> PARIS 2013

  • Ce qu'en dit Bubu:
    ""L'élite rouge."
    Les marques de voitures de luxe étaient fort nombreuses dans les années 30, Hispano Suiza, Bugatti, Delahaye, Rolls Royce, ces marques Européennes ont fait oublier qu'aux USA aussi on savait fabriquer ce genre de joyaux et Duesenberg en est le parfait exemple.Originaire d'Allemagne, la famille Duesenberg part de l'autre côté de l'Atlantique où tout semble ici possible et c'est en 1906 que la production automobile débute sous le nom de Marvel mais il faudra attendre 1912 pour voir enfin le nom de Duesenberg apparaître comme marque de moteurs dans un premier temps, la première automobile naissant en 1921, ce sera logiquement la Type A. D'entrée Duesenberg frappe les esprits avec une voiture équipée d'un gros moteur huit cylindres et un prix particulièrement élevé, le but est clair, faire des modèles chers et exclusifs, la construction populaire à grande échelle, pas question!La voiture est bien évoluée et remporte le grand prix de France en 1922, un point toujours important en terme d'image. Ses ventes sont faibles mais suffisent à poursuivre l'activité, en 1926 un autre homme entre dans la société, un certain Errest Cord, l'homme créera lui aussi sa propre marque de modèles de luxe un peu plus tard.Le modèle J est présenté en 1929, comme une sorte de pied de nez à la crise qui enrhume le monde cette année là. L'auto est ébouriffante, son moteur huit cylindres en ligne de 6822 Cc à double arbre à cames en tête et à quatre soupapes par cylindre lui offre une puissance allant de 215 à 265 chevaux et apportant un luxe sans pareil dans la production Americaine, c'est un peu l'égal de Bugatti, le côté "bling bling" en plus. Extremement chère, cinq fois le prix d'une Cadillac, et 35% plus chère qu'une Rolls Royce, la J trouve pourtant immédiattement ses clients stupéfaits par ses performances et éblouis par ses finitions, quelle fierté pour les stars du moment que de rouler en Duesenberg!La J est tres performante, trop pour Frederik Duesenberg qui se tuera au volant de l'une d'entre elle en 1932. Mais la production va doucement baisser pour devenir alarmante au milieu des années 30, en 1937 la liquidation judiciare est prononçée entrainant avec elle la marque Cord, l'Amerique va y perdre gros dans le monde du luxe automobile mais l'Europe sera touchée également quelques années plus tard aussi.

    Tres rare en France, cet opulent et splendide cabriolet signé Murphy datait de 1929, elle fût vendue neuve à un multimillionnaire New Yorkais avant de connaître de multiples successeurs. La Duesenberg sera restaurée en 1955, preuve que cette déjà vielle auto avait toujours de la valeur. A partir de là elle deviendra une voiture de collection qui partira en 1977 au Canada où elle y sera de nouveau entièrement retapée mais de manière plus exigeante afin de participer à des concours d'élégance. Elle retournera ensuite en Californie, propriété d'un proche du responsable du musée Petersen de Los Angeles que je vous ai fait visiter et en 2001, elle met pour la première fois les roues en Europe achetée par un collectionneur Belge, elle sera enfin revendue en 2008 après avoir remportée de tres nombreux prix.

    Cette voiture de toute beauté et fleuron de l'industrie automobile Americaine s'est vendue pour la somme de 1.036.344¤.

PRODUCTION model J 1929/1937
  • le model J a été fabriqué de 1929 à 1937 pour environ 480 exemplaires produits; 360 les trois premières années et 120 les six années suivantes. C'était la voiture préférée des stars de cinéma, de la politique, des gangsters, des nobles et des... évangélistes. Elisabeth Arden, Mae West, Jimmy Walker ont acheté une Duesenberg, en Europe seuls les rois d'Espagne et d'Italie
  • Le châssis seul valait en 1929, $8500 et a atteint $9500 en 1937. Il y avait des habillages-maison de qualité et signés Gordon Buehrig mais les "grands couturiers automobiles" étaient préférés par les acheteurs
  • Il y a eu des modèles appelés
    • JN: une dizaine carrossés par Rollston en plus large et plus long mais aussi plus bas
    • SSJ : deux en plus long pour Clark Gable et Gary Cooper
  • les carrosseries proposés tous carrossiers et toutes années confondues
    • Phaeton, All-Weather Phaeton, All-Weather Cabriolet, All-Weather Landau, Tourster
    • Convertible Roadster, Convertible Sedan, Convertible Berline, Convertible Victoria, Convertible Phaeton
    • Coupe, Coupe 4pass
    • Sedan, Limousine, Beverly, Arlington, Prince of Wales Sedan
    • Town Car, Town Sedan, Town Limousine, Formal Town Car
  • les carrossiers furent
    • 1929 : LeBaron, Murphy, Derham, Holbrook
    • 1930 : LeBaron, Murphy, Derham, Holbrook, Weymann, Rollston, Willourghby, Judkins, LaGrande
    • 1931 : LeBaron, Murphy, Derham, Weymann, Rollston, Willourghby, Judkins, LaGrande
    • 1932 : LeBaron, Murphy, Derham, Rollston, Willourghby, Judkins, LaGrande
    • 1933 : LeBaron, Derham, Rollston, Willourghby, Judkins, LaGrande
    • 1934 : Derham, Rollston, Willourghby, Judkins, LaGrande
    • 1935 : Rollston, LaGrande
    • 1936 : Rollston, LaGrande
    • 1937 : Rollston
  • le SUPERCHARGER a équipé certains châssis, 36 au total, de 1932 à 1935. Le moteurJ passait de 265 à 320cv et le 160km/h était atteint en 17". Les moteurs de compétition atteignaient les 400cv; relevés lors de l'Indianapolis 500 en 1932, 129mph soit près de 208km/h et en 1935, près de 245km/h
  • elle côte aujourd'hui un minimum de $250 000
 

CE QU'EN DIT LE CATALOGUE "ARTCURIAL"
  • La compagnie Duesenberg fabriqua des automobiles de qualité et de compétition de 1913 à 1937. Elle fut créée par deux frères, Fred et Auguste Düsenberg, immigrés allemands aux Etats Unis d'Amérique dans les années 1880, et installés à Des Moines dans l'Iowa. Dès 1914, une Duesenberg termina 10ème des 500 miles d'Indianapolis avec à son volant le fameux aviateur Eddie Rickenbacker. Ce dernier rejoindra l'équipe Peugeot à la fin de cette année ou Peugeot remporta la seconde et la quatrième place de cette même épreuve. Mais la qualité et les performances des Duesenberg éclatèrent au grand jour lors du redoutable Grand Prix de France 1921 qui se tenait au Mans. Bien que blessé aux essais une semaine auparavant, Jimmy Murphy conduisit une Duesenberg à la victoire et passa la ligne d'arrivée, bandé de la taille aux épaules, avec un radiateur fuyant et deux pneus crevés...suivi par un célèbre aviateur français à la 4e place, André Dubonnet, et à la 6e place, Albert Guyot, et enfin à la 17e place par Louis Inghilbert, lui aussi blessé dans l'accident des essais. Une belle leçon de courage que le premier américain à gagner un Grand Prix donna aux pilotes européens. Ce fut la première voiture de GP équipée de freins hydrauliques, et le modèle A de 1921, fut la première voiture de série équipée de 4 freins hydrauliques. Duesenberg remporta Indianapolis en 1924, 1925 et 1927 et fabriqua sous licence les moteurs d'avion Bugatti aux USA. L'usine fut déplacée en 1927 à Auburn dans l'Indiana car son nouveau propriétaire Erret Lobban Cord, déjà à la tête de Cord et Auburn était très intéressé par les talents des deux frères Duesenberg, par la renommée sportive de leurs automobiles de courses et par leur qualité de fabrication. Le nouveau défi de cette association fut de construire la meilleure et la plus luxueuse voiture du monde, rien de moins. Cord désirait présenter la voiture la plus rapide, la mieux finie et la plus chère sur le marché et entrer en concurrence avec les marques européennes les plus prestigieuses: Hispano-Suiza, Rolls-Royce, Isotta Fraschini et Mercedes-Benz. Il fallut seulement 27 mois pour concevoir et révéler trois exemplaires du premier model J au salon de New York 1928 dont un splendide roadster à capotage escamotable par le carrossier Walter M. Murphy, à ne pas confondre avec le pilote des premières heures, tout cela sur fond de crise de 1929... Le model J fut équipé d'un moteur Lycoming à 8 cylindres en ligne à double arbre à cames en tête et à 4 soupapes par cylindre dessiné par Fred Duesenberg lui-même. Ce moteur de 7 litre développait 265 ch soit presque 100 ch de plus que la Cadillac V16 et 120 ch de plus que la Packard roadster, ses concurrentes nationales directes. Ce modèle essayé sur l'anneau de vitesse d'Indianapolis atteignit 151 km/h en 2e et 187 km/h en 3e ainsi, chaque modèle était essayé sur cet anneau pendant 160 km avant d'être livré chez le carrossier préféré du nouveau client. Le tableau de bord du model J était le mieux équipé alors, le compteur de vitesse indiquait un très optimiste 150 mph, un altimètre, un baromètre et des voyants lumineux de service indiquant la prochaine révision moteur étaient déjà de mise. Le châssis s'autolubrifiait automatiquement tous les 75 miles. La puissante " Duesie " devint rapidement la coqueluche de l'élite et transformait en symbole tout personnage que l'on voyait à son volant. Les milliardaires de tous bords, les entrepreneurs, artistes et aristocrates du monde entier se l'arrachèrent. On peut compter parmi les plus célèbres, Clark Gable, Greta Garbo, Howard Hughes, Rudolph Valentino, le duc de Windsor, le prince Nicolas de Roumanie, la reine Marie de Yougoslavie et les rois Victor Emmanuel III d'Italie et Alphonse XIII d'Espagne. Le distributeur parisien de la marque n'était autre que Edmond Z. Sadovich. Cette automobile a toujours été considérée par les amateurs comme une des plus puissantes, rapides et mieux fabriquées de son temps. Les roadsters carrossés par Walter M.Murphy de Pasadena en Californie, au nombre d'une soixantaine, sont indéniablement les plus racées, les mieux finies et il faut noter que les roadsters à capotage non escamotable, comme celui que nous présentons, laissant plus d'espace pour les jambes dans le petit habitacle d'appoint à l'arrière, seraient beaucoup plus rares.
  • 1929 DUESENBERG MODEL J CABRIOLET MURPHY - Titre de circulation hollandais - Châssis n° 2239 - Moteur n° J-219
    • "Best of show" Concours d'Elegance de Pebble Beach 1981
    • Estimation 850 000 - 1 100 000 ¤ - Vendu 1,036,344 ¤ + frais à Retromobile Paris 2013
  • Ce modèle J, équipé de son capotage non escamotable, fut vendu en 1929 par l'agence de New-York pour 14500 dollars à Monsieur John R. Mac Kinnay, un multimillionnaire et associé dans la Standard Oil'S de Monsieur John D. Rockfeller Sr. Ce gentleman avait son propre siège à la bourse de New-York et était propriétaire de différentes sociétés. En 1934, la voiture fut vendue par Hilton Motors à Mr H.P.Ammidown de New-York et fut ensuite cédée en 1936 à Mr Kaysley Blake, du Connecticut qui possédait déjà une autre Duesenberg.
    - En 1954, J-219 était en la possession de Mr Clarence F. Roibichaud du Connecticut et en 1955 fut achetée par Mr Paul Graehling d'Illinois. Ce dernier possédait une importante collection de voitures et elle fut envoyée chez Clinton Car Parks Co. dans l'Iowa, où la restauration fut menée par Sam Heend. En 1957, J-219 fut vendue à Mr Floyd Du Val et Mr Ernest Paulus de Davenport dans l'Iowa. Mr Du Val, restaurateur émérite, compléta les travaux commencés par Sam Heend. J-219 partit au Canada dans l'Ontario en 1977 et le nouveau propriétaire Mr Terry Radey commanda à Mr Harry Sherry de Warsaw dans l'Ontario une restauration, cette fois-ci aux standards des concours d'élégance. Ce travail s'étala sur 3 ans et J-219 emporta le premier prix du concours de l'ACD (Auburn, Cord, Duesenberg), à Auburn dans l'Indiana. L'année suivante, J-219 fut jugée " Best in show " au prestigieux concours d'élégance de Pebble Beach, recevant ainsi le prix le plus prestigieux qu'une automobile classique puisse recevoir.
    - En 1991, J-219 fut acquise par Mr Bruce Meyer de Beverly Hills, gagnant du concours du " Meguiar's Person of the Year " en 1999 et membre fondateur du célèbre musée Peterson Automotive de Los Angeles. La voiture fut alors entretenue par l'expert en Duesenberg Mr Randy Ema. Le respecté collectionneur belge Mr Bob Lalement importa la voiture en Europe, remportant à son tour plusieurs prix tels que : Louis Vuitton Classique à Paris en 2002, le Best of Show au salon d'Essen en Allemagne en 2006 et le Best of Show du Classic Show à Anvers en Belgique en 2007. L'actuel propriétaire acheta la voiture en 2008, lors de la succession de Mr Bob Lalmement.
    - La Duesenberg model J est le fleuron de l'industrie automobile américaine des années 30, et figurera comme le fleuron de n'importe quelle grande collection d'automobiles classiques.

PHOTOS de la DUESENBERG J CONVERTIBLE COUPE R/S MURPHY 1929

 

LES PHOTOS DU CATALOGUE "ARTCURIAL"
http://www.artcurial.com/fr/asp/fullCatalogue.asp?salelot=2219+++++381+&refno=10422134

ou


des sites de http://www.mainguet.com